9 Théories Economiques de l'Education

Alors que la théorie du capital humain fournit un cadre de travail général aux théories économiques de l'éducation, des progrès sont constatés sur plusieurs autres fronts théoriques. L'ouvrage de Gradstein, Justman et Meier (2003) met en avant un cadre de travail pertinent pour l'économie politique de l'éducation et soulève de nombreux problèmes attachés à la théorie de l'économie publique de l'éducation. Falch et Rattsø (1997) étudient les déterminants politico-économiques des dépenses scolaires dans les états fédéraux, et Nerlove, Razin, Sadka et von Weizsäcker (1993) exhibent l'impact théorique des politiques de taxation sur l'accumulation du capital humain.
Exemples de théories positives et normatives de l'éducation en général, Hartog (2001) présente un cadre théorique cohérent avec certains résultats empiriques sur le capital humain et les capacités des individus, et Bishop et Woessmann (2004) décrivent les effets des caractéristiques institutionnelles du système éducatif sur la scolarisation moyenne au travers d’un simple modèle de production éducative. Brunello et Ishikawa (1999) modélisent l'impact de la taille du secteur éducatif d'élite sur l'investissement académique, la productivité moyenne et les salaires. Wigger et von Weizsäcker (2001) présentent un modèle économique montrant les implications de l'incertitude et du risque associés aux décisions scolaires en opposant les formes de financement publiques et privées de l'éducation supérieure.

Auteur:

Références

9a Economie politique et économie publique de l’éducation
9b Théories positives et normatives de l’éducation